Fanion La Machine Fanion HBC La Machine

Handball Club La Machine

Résumé de match

Retourner à la liste des résumés

La Machine-Meursault, 29-24

Le Samedi 28 octobre 2006

HANDBALL - Excellence masculine

LA MACHINE. Salle polyvalente Maurice-Rousseau.
La Machine-Meursault, 29-24 (14-8).
Arbitres : Romain Chevrollier et Sylvain Pétetin. 80 spectateurs.

BUTS : pour La Machine : Lavalette (8), Masset (7), Rabet (5), Maumy (5), Chaussard (3), Assal (1). Ont participé : Mikaël Thomas (gardien), Voisin, Boyer, Stodolny.

LE MATCH :
En match en retard de la deuxième journée de championnat, les Machinois accueillaient, samedi soir, Meursault. Le staff nivernais avait pour but de continuer sur la lancée des deux dernières semaines (nul à La Charité et victoire face à Fontaine-lès-Dijon) pour ainsi se repositionner au général.
Avec ces trois nouveaux points, néanmoins obtenus dans la douleur en seconde période, les Machinois gagnent quelques places avant une quinzaine intéressante. A savoir déplacement à Clamecy et réception de Mâcon.

Rapidement, Johnny Masset ouvre le tableau d’affichage avant que ses coéquipiers ne doublent la mise. La Machine est dans le bon tempo, à l’image de son gardien Thomas qui réalise quelques prouesses dans ses buts (5-1e’). Le score évolue en faveur des locaux (7-4, 13e, 8-5, 15e’). Puis trois minutes plus tard, Meursault revient à un but (8-7). Stupeur ! En effet, les visiteurs jouent sur un faux rythme et endorment par la même occasion, les Machinois.
La réaction est toutefois immédiate. Avec une défense très physique et quelques nouveaux arrêts du gardien, Meursault ne trouve plus les clés du coffre-fort (14-7). Pendant onze minutes, les visiteurs se cassent les dents…

Au retour des vestiaires, les deux équipes se renvoient l’ascenseur (22-15, 15e’) grâce à de deux arrêts décisifs de Thomas. Meursault continue à jouer sur un faux rythme. On sent que le match peut basculer. Les Machinois manquent un peu de jus. Meursault recolle au tableau (23-20, 24-22, 26e’). Mais finalement, les joueurs de Martial Lapetite sont assez sereins pour ne pas connaître une désillusion.
© HBC La Machine 2006-2012