Fanion La Machine Fanion HBC La Machine

Handball Club La Machine

  Interviews

Pages :  1 

Portrait Johnny MARTIN

Johnny Martin répond au jeu des questions-réponses

Ta profession
Je suis programmeur, dans une société de service en ingénierie informatique. Ma mission est de développer, améliorer et maintenir un progiciel de gestion.

Comment es-tu venu au hand ?
Après avoir décidé d'arrêter le foot, je me suis tourné assez naturellement vers le hand, car j'avais des membres de ma famille qui étaient impliqués dans le HBC La Machine, ainsi que des amis qui pratiquaient le hand. J'ai donc essayé quelques entraînements en fin de saison, et comme ça m'a plu, je me suis engagé la saison d'après.

Pourquoi avoir arrêté le foot ?
Je ne me rappelle plus des détails exacts, mais disons simplement que je ne me sentais plus très apprécié par le staff du club dans lequel j'évoluais, j'en suis venu à ne plus aimer pratiquer le foot, tout simplement. J'ai donc décidé d'arrêter, plutôt que de tenter ma chance dans un autre club de foot.

Pour toi comment définis-tu le rôle d'un bénévole ? Tu l'es indirectement avec la création du site (depuis quand déjà ?) et pourquoi l'avoir fait. Dans quel but ?
Pour moi, être bénévole, c'est s'investir dans un but, une cause, sans attendre quoi que ce soit en retour. Tu donnes de ton temps pour aider le développement d'un projet, faire découvrir quelque chose à d'autres personnes, et peut-être susciter des vocations. Je fais effectivement du bénévolat pour le club à travers son site web, qui est en ligne depuis bientôt sept ans (juillet-août 2006). Je me rappelle avoir proposé mon aide après avoir vu l'ancienne version de ce site, qui était tout sauf évolutive. A l'époque, je débutais mes études dans l'informatique, et je découvrais le développement de site web. La refonte du site du club avait alors deux objectifs principaux, tout d'abord une meilleure promotion du club à l'aide d'un site clair et lisible, et aussi la mise en pratique et l'amélioration de mes connaissances.

Que signifie pour toi les 30 ans du club avec près de la moitié déjà au club.
30 ans, ce n'est pas rien, c'est sûr. C'est déjà plus vieux que moi ! Je suis très heureux de voir que le club continue son chemin, malgré toutes les embûches qu'il a pu rencontrer. En 30 ans, le club a connu des fortunes diverses et variées, et son staff actif et réactif a toujours su le tenir, modifier ce qui n'allait pas, tenter d'améliorer ce qui tournait déjà bien. Ça fait maintenant 12 ans que j'ai signé ma première licence dans ce club, et toutes ces années m'ont apporté leur lot de sensations aussi bien sportives qu’extra-sportives.

Et ton avis sur cette année difficile.
Sur le terrain, il est vrai que cette année est difficile pour notre équipe de seniors masculins. C'est un groupe composé essentiellement de jeunes joueurs, encadrés par quelques "anciens". Beaucoup jouent ensemble pour la première fois cette année et plusieurs font leurs débuts sur un terrain de hand. Il faut donc du temps pour que le collectif se développe, et c'est pourquoi les résultats s'en ressentent. Mais, je suis plutôt confiant quant au futur de ce groupe. L'ambiance y est excellente, et si chacun s'implique à fond aux entraînements, les résultats récompenseront nos efforts à terme. Quoi qu'il en soit, nous ferons notre maximum sur les six derniers matches de la saison pour essayer de nous maintenir en Honneur.

Le 07/04/2013 à 10:11:16


 

Portrait Anthony Tillier

Anthony Tillier répond au jeu des questions-réponses

Le 15 juin prochain, le Handball Club La Machine fêtera ses 30 ans d’existence. Et parmi, l’équipe actuelle, Anthony Tillier fait figure « d’ancien » avec ses 25 ans de présence au sein du club. Vous avez vraiment l’amour du maillot ?
« Oui, effectivement, j’ai l’amour du maillot. Je ne partirai pas du club. Si je pars, c’est tout simplement pour arrêter » note Anthony Tillier qui a donc commencé à l’âge de huit ans. « J’ai commencé en poussins et au fil des années, j’ai gravi des différentes catégories… »

Comment vous est venue cette passion ?
« Rémy Chaussard, mon entraîneur de l’époque et à la fois instituteur est passé dans les classes. Je me souviens que Sébastien Chagnon faisait déjà du hand et nous avons essayé les lundis soir avec « Fred », « le Boule », « Le Gam ». Au final, j’y suis resté avec d’autres copains. C’était des mon souvenirs. On effectuait les déplacements avec les parents, les dirigeants. Il n’y avait pas de mini-bus. Ce n’est venu qu’en 1999... Les parents étaient bien impliqués »

Anthony, pour les proches « Toto » a donc plus d’une corde à son arc. Voilà quelques années en arrière, en plus d’être joueur, il était même trésorier adjoint, arbitre pour le club, il a passé également passé son examen d’animateur polyvalent pour s’occuper des minimes et des cadets. Aujourd’hui, il s’emploie d’encadrer la classe biberon et il est même co-entraîneur avec Yohann Walszewski de l’équipe senior. Vous êtes totalement intégré dans un rôle de bénévoles en plus de jouer ?
« Oui, il faut juste savoir dégager du temps et de concilier ma passion avec sa vie familiale. A l’époque, Christine qui est devenu par la suite mon épouse a su que j’étais impliqué de la sorte… Et elle l’a bien admis » rajoute-t-il puisqu’avec Christine, sont nés Mathias et dernièrement Arthur…

Cela ne fait-il aujourd’hui une vingtaine d’années que vous jouez en régionale ?
« Ah oui ! A vrai dire, je n’ai pas fait gaffe (rire). C’est tellement passé vite ». En effet, le club évolue en régionale depuis 1991 et jusqu’en 1999 en honneur. Puis une montée en en excellence et ce, jusqu’à l’an dernier et puis cette saison en honneur. « Le club avait même deux équipes en régionales début des années 2000 ».

Le 07/04/2013 à 10:08:22


 

Témoignage, en direct de l'Islande, de Romain Stodolny

Romain Stodolny est actuellement en Islande. Récit !!!

Tout d’abord, donne-moi des précisions sur ta présence en Islande.
Je suis en année d’échange universitaire dans le cadre d’un accord d’échange entre mon école en France : L’Ecole Supérieure de Commerce de Troyes et mon université d’accueil, l’université de Reykjavik. Je suis ici depuis la mi-août afin d’effectuer mon année universitaire qui est ma 1ère année de Master. Afin de valider mon diplôme, je dois effectuer au moins un semestre d’expérience à l’international que ce soit sous forme de stage ou de semestre d’étude en université partenaire. Cette année débouchera à ma dernière année de master que je souhaite faire en apprentissage avec une spécialisation en Finance. J’avais un choix d’environ 110 universités partenaires dans 35 pays, et j’ai choisit de venir ici à Reykjavik car tout d’abord je recherchai une université avec un régime linguistique anglophone. La ville de Reykjavik me correspondait tout à fait, c’est une petite de ville de 180 000 habitants mais très dynamique et réputé pour ces soirées très animé (ville qui a été nommée il y a quelques années comme la capitale la plus branché d’Europe), c’est donc une ville parfaite pour mener une vie étudiante. De plus, je n’avais jamais visité l’Islande qui est un pays magnifique, terre de feu et de glace comme on peut le voir en ce moment avec l’éruption volcanique, et avec plein d’autres choses à visiter comme les Geysers, ou encore les piscines extérieures ouverte en pleine hiver par -10°, chauffé par la géothermie. Il fait vraiment bon d’y vivre, et le climat n’est pas si mauvais. En fait depuis le mois d’octobre il n’a guère changé. Maintenant le temps est meilleur en France, car ici il fait 5°, mais cet hiver nous sommes rarement descendus en dessous de -5° et souvent il faisait meilleur ici. C’est dû que le froid est plus sec que chez nous, donc beaucoup plus supportable.

Paradoxalement à la France, l'aéroport n'est pas fermé pour les vols domestiques. Comment l’expliques-tu ?
Non ! Que ce soit pour les différents aéroports domestiques (que l’on devrait appeler aérodrome voire piste d’atterrissage pour certains) ou pour l’aéroport international situé à Keflavik (à 40kms de Reykjavik) le réseau fonctionne normalement (sauf pour une bonne partie des vols à destination de l’Europe). C’est dû au fait que les vents dominants poussent les fumées hors de l’île. Peut-être que les choses changeront si le vent tourne.

La population le vit comment. Pas de pénurie au niveau alimentaire ? Il fait nuit de bonne heure ? Comment est l'état du paysage ?
La population à Reykjavik vit tout à fait bien ce problème. Malgré cela, plusieurs personnes de mon entourage commence à acheter des masques par peur d’une éventuelle retombé des cendres sur Reykjavik. Les Islandais depuis la quasi faillite du pays et de ses banques en octobre 2008 n’étaient connus sur la scène international que par ca, et parler aux étrangers que de ca… maintenant il y a enfin un nouveau sujet de discussion sur l’Islande !
Il ne semble pas y avoir de pénurie alimentaire. Le blocage aérien n’est là que depuis une semaine et beaucoup d’importations se font par voie maritime. Il faut aussi savoir que l’Islande est auto-suffisante en produits laitiers, elle produit aussi une quantité non négligeable de viande (mouton, bœuf, volaille), mais aussi… de fruits et légumes ! Et oui, profitant de la géothermie de l’île, plusieurs producteurs de légumes au nord de l’île produisent sous serres des concombres, des poivrons, des tomates mais aussi… des bananes ! Malgré tout les principaux produits restent importés des pays Scandinaves, de l’Angleterre ou bien du Canada, peut-être que si le problème perdure on pourra voir une certaine pénurie mais cela semble improbable sachant que le fret se fait principalement par cargo.
En ce qui concerne la luminosité l’Islande se trouve sur des latitudes très au nord, donc le soleil est très présent l’été, mais se fait rare l’hiver. En ce moment, il fait jour dès 5h45 jusqu’à 21h45. Fin mai, début juin, il pourra y avoir jusqu’à 21h00 de luminosité ; mais en décembre dernier nous voyons le soleil que de 10h30 jusqu’à 15h30… . Comme je le disais plus haut, Reykjavik n’étant pas sous le nuage de cendre, nous n’avons aucune retombé de luminosité à cause de celui-ci. Le paysage reste inchangé ici, paysage très lunaire dans les alentours de Reykjavik mais sans cendre.

Enfin, toi handballeur, tu as du avoir l’immense joie de pouvoir redécouvrir l’équipe de France de Handball qui était donc en tournée en Islande.
Oh oui ! Super match de l’équipe de France. Agréable à suivre avec seulement six supporters français dans les tribunes, j'ai même eu le droit à un gros plan sur moi pendant la Marseillaise... Et la soirée d’après-match a été tout aussi excellente en pouvant rencontrer les « Experts ». Ils devaient partir à 7h30 ce dimanche pour rejoindre Paris. En raison du nuage de fumée qui a donc paralysé le trafic aérien européen, les Bleus n'ont pu s'envoler pour la France. Mais les Experts sont montés dans un avion pour se poser en Norvège où ils ont passé la nuit de dimanche à lundi.

Le 21/04/2010 à 15:16:19


 

Nicolas Chaussard, un "vieux de la vieille"

Avant la réception d'Auxonne, ce samedi 13 mars 2010, à 19 h, à la salle polyvalente Maurice Rousseau, Nicolas Chaussard, un incontournable ela maison verte" se prête au jeu des questions-réponses.

Comment juges-tu le parcours de ton équipe ?
Un nouveau groupe, un nouvel entraineur, le retour de l'équipe II....j'avoue avoir entamer la saison avec quelques doutes, les changements c'est jamais facile. Et puis les entrainements à 20 (du jamais vu!) et la motivation des joueurs m'ont heureusement fait mentir, ajoutée à cela une bonne ambiance et nous étions partis sur de bons rails. Après une première partie de saison très positive, je pense que le soufflet est un peu retombé, il y a des problèmes d'effectifs en équipe II, certains peuvent être plus contents que d'autres sur les choix qui sont faits mais les plus motivés restent et l'envie de jouer est toujours là, la preuve avec une victoire en Côte d'or et une toute petite défaite malgré un effectif très réduit dans l'Yonne le week end dernier. Toute équipe qui se respecte passe par ce "p'tit coup de moins bien" (et ce n'est pas un certain Raymond D. qui me contredira!!!), je reste donc très optimiste pour la fin de saison, continuons à jouer, à nous amuser et surtout à gagner!!!!!

Et ton parcours personnel ?
Cette année ou depuis mes débuts il y a très très longtemps........? On va en rester à cette année! Et bien c'est plutôt pas mal non, "air-flying Nico" vous fait pas rêver? Je plaisante bien sûr, je suis un peu déçu car situation professionnelle oblige, je m'éloigne petit à petit du terrain et de la vie du club en général, c'est pas évident quand on commence à faire parti des meubles ! Du coup je prends les entrainements et les matchs comme ils viennent sans penser aux suivants et toujours à 100% pour l'équipe.

Samedi, c'est Auxonne... puis Migennes, à la maison. Comment vas-tu aborder ces deux rencontres en sachant que la première vous avez manqué de peu de décrocher une victoire face à ses ex-prénationaux ?
Je vais les aborder comme j'aborde tous les matchs depuis que je foule les terrains....avec l'envie de gagner!! Et j'espère qu'il en est de même pour toute la bande de Zozos qui me servent de coéquipiers (mais si je vous aime les p'tits gars!). Nous avons une revanche à prendre face à Auxonne après une défaite rageante au match aller mais plus que tout nous devons continuer à montrer à nos adversaires qu'ils ne doivent penser aux 3 points de la victoire quand ils viennent nous défier à la maison!

Raconte tes meilleurs moments depuis "trois décennies" au "cloub"...
Je crains de ne pas avoir assez de place pour tout raconter!! En vrac comme ça je dirais....
- mon 1er entrainement, j'ai failli ne pas revenir à cause des caïds de l'époque : Sébastien R., Frédéric L., Mickaël B. (je préserve leur anonymat) mais heureusement je suis resté pour faire les pompes exigées par Jacky!!

- l'aventure - de 18ans : une sacrée équipe, on se prenait pas au sérieux et on gagnait quand même! (merci d'ailleurs en passant à Martial, David, Patrick et parfois Toto et Fred qui nous ont supportés à un âge où on croyait tout savoir)

- la finale des championnats du monde à Bercy, du délire pendant 2 jours!

- la double montée en senior masculin, El présidente pouvait être fier!!!

Mais c'est surtout de multiples anecdotes vécues avec toute une bande de copains qui étaient ou sont toujours au club et que l'on raconte tous les samedi soir au "local" ou dans les mini-bus autour du verre de l'amitié. Voilà vraiment les meilleurs moments et la liste s'étend de week end en week end......

Le 08/03/2010 à 09:50:36


 

Balle au centre avec... Thomas Assal

Avant la première journée de championnat et un déplacement à Fontaine-Lès-Dijon, ce samedi 19 septembre 2009, Thomas Assal, un pur machinois depuis son arrivée en 1993 a gravi tous les échelons pour être aujourd’hui un des piliers de l’équipe. Thomas se prête au jeu des questions-réponses.

Une nouvelle saison débute. Comment l'as-tu abordé depuis le 3 août dernier avec ce gros travail foncier ?
Nous avons attaqué avec des séances très physiques. Mais le travail a payé puisque l'équipe parait plus "affûtée" et plus motivée que les années précédentes. La préparation a donc permis de créer un véritable esprit de groupe qui devrait se ressentir sur le terrain. De plus, elle a permis l'intégration de tous les "nouveaux" qui ont l'air plus que jamais motivés. Pourvu que ça dur !!!
Quels sont tes objectifs sur ce match contre Fontaine et la suite du championnat ?
Commencer par Fontaine n'est pas une mince affaire. Au vue de leur effectif, le haut de tableau apparaît plus que jamais à leur portée. De notre côté, avec pas mal de modification : entraîneur, départs et de nombreux retours au club, l'objectif du maintien paraît sage. A voir à la fin de la phase aller.
Au vu de la dernière saison, tu as pris confiance. Comment l'expliques-tu ?
Cela fait treize ans que je foule les terrains machinois dont quatre années en seniors. Ma progression a été assez constante grâce à l'expérience de mes coéquipiers qui ont su me tirer vers le haut (merci à eux !!!). Toutefois, c'est l'année dernière que je me suis senti le plus en confiance. J'ai pris plus de responsabilité et je me suis beaucoup plus lâché. Espérons que je confirme cette saison !

Le 17/09/2009 à 01:36:24


 

Questions réponses avec Laurent Cobigo

Avant la réception de l’USO Nevers, ce samedi 7 février, à 18 h 30, à la salle polyvalente Maurice Rousseau, Laurent Cobigo, arrivé au club au début de la saison écoulée, en provenance de Nantes (eh oui !!! chacun son Nantais comme le Snid avec un certain Pédros…) se prête au jeu des questions-réponses.

Comment juges-tu la première phase aller ?
La première partie de saison est mitigée. En ce qui concerne les matchs à domicile nous avons un bon rendement avec seulement une défaite et un match nul (contre Torcy...) Par contre, les matchs à l'extérieur sont beaucoup plus compliqués avec seulement deux victoires ce qui à mon goût est trop faible. C'est tout de même beaucoup mieux que la saison dernière. Mais le hand ce n'est pas seulement les résultats mais aussi une vie de groupe et dans ce secteur cela se passe bien. Il y a une bonne ambiance de l'envie et de bonne troisième mi-temps...

Comment expliques-tu les mauvaises performances, à l'extérieur, de ces dernières semaines ?
C'est vrai que nous accumulons les mauvaises performances qui sont difficilement explicable. D'un week-end à l'autre, j'ai l'impression de ne pas jouer avec la même équipe. Nous ne sommes pas capables d'avoir un esprit guerrier et on ne peut pas dire que c'est la pression du public qui nous fait déjouer. Il y a aussi la distance mais on a l'habitude vu que qu'un week-end sur deux, on allons à Dijon. Je pense que nous avons un problème d'état d'esprit, il faut montrer que nous sommes capables de mettre la même pression sur nos adversaires à domicile comme à l'extérieur. On peut prendre l'exemple de Chevigny que nous battons à domicile et qui nous met une branlée chez eux...

Il faudra impérativement réagir, dès ce samedi, avec la réception de Nevers. Que penses-tu de cette deuxième manche et en règle générale de la fin de saison ?
Le match de ce week-end est très important pour les deux équipes. Nevers souhaite continuer sur sa lancée et gagner le plus de points pour se sauver le plus tôt possible et veut également prendre sa revanche sur le match aller. Ce match doit nous relancer mais il peut nous mettre dans une situation compliquée en cas de défaite. Nous avons réussi à gagner le match aller en les mettant en échec sur notre défense et je pense que cela sera la clé de ce match. Ce sera un défi physique et il va falloir répondre présent. La suite de la saison va être en partie conditionnée par notre capacité à continuer de gagner à domicile et à relever la tête sur les matchs à l'extérieur pour faire une belle fin de saison.

Le 03/02/2009 à 11:08:07


 

Nath Flamand : le retour d'une "guerrière"

Avant la deuxième manche du derby contre les filles de Prémery-Vauzelles-Nevers, ce samedi 31 janvier, à 20 h 30, à la salle des sports de Prémery, Nathalie Flamand (excusez, non Nath) se prête au jeu des questions-réponses. Depuis un mois et après la naissance de Maxence, Nath a repris le chemin des gymnases et elle travaille d'arrache-pied pour retrouver sa forme.

Comment juges-tu le début de parcours de ton équipe ?
Le début n'a pas été facile puisqu’il a fallu faire une équipe avec un effectif de deux groupes. De plus, il a nécessité trouver des nouvelles habitudes ensemble car chaque club avait les siennes. Sur le papier, notre équipe pouvait viser le haut de tableau mais sur le terrain, il fallait trouver l’amalgame. On a senti au début que tout le monde était motivé et que les filles allaient toutes dans le même sens et vu des tribunes ça donnait vraiment envie de jouer. Nous commençons certes à trouver nos marques mais il aura fallu du temps… Mais bon, plus c’est long plus c’est bon !!! Ah ah ah !!!

Quels sont tes objectifs depuis ton retour, après la naissance de Maxence ?
Revenir au plus haut de mon niveau. Ce qui englobe aujourd’hui, kiné post accouchement, deux entraînements par semaine et les matchs. Pour le moment, je ne suis pas encore à 100% mais les filles savent qu’elles peuvent compter sur moi. Si je peux les aider, je suis présente et par la même occasion, j'ai ainsi l'impression de faire partie de l'équipe…

Samedi, c'est Prémery... Comment vas-tu aborder cette rencontre, après la victoire face à Auxois ?
Avec les mêmes crocs que lors du match contre Auxois. Surtout ne rien lâcher en défense et ne pas se laisser endormir comme elles le font, à chaque fois. Egalement, jouer les soixante minutes à fond en sachant qu’il y a du monde sur le banc et qui ne demande qu'à jouer ... Lol ... ! Cette équipe est, à chaque fois, notre bête noire mais il ne faut pas en faire une montagne. Ce sont des joueuses de hand comme nous. Certes plus jeunes et alors !!! Elles ont deux bras et deux jambes comme nous. Expérience en moins, alors .... !!!

Le 27/01/2009 à 22:14:08


 

Balle au centre avec Nicolas Maumy

Avant la réception de Marsannay, ce samedi 6 édcembre, à 20 h, à la salle polyvalente Maurice Rousseau, Nicolas Maumy, arrivé au club en 2000, en provenance de Decize se prête au jeu des questions-réponses. Balle au centre !!!

Comment juges-tu le début de parcours de ton équipe ?
C'est un début de parcours assez mitigé où nous avons beaucoup de mal à enchainer les bons résultats. La saison a commencé sur un match catastrophique contre Fontaine, mais la réaction fut bonne, tant au niveau du résultat que du comportement, dès la semaine suivante à Auxois. Nous avons alors réussi quelques bons résultats, mais à chaque fois l'impression était que nous aurions du faire plus. Plusieurs fois, dans ces matchs nous réussissions à prendre un avantage de quelques buts, mais nous ne parvenions pas à le conserver. Le match nul contre Torcy était d'ailleurs très frustrant de ce point de vue.
Et ton parcours personnel ?
Quant à moi, j'aimerais être beaucoup plus influent dans le jeu, mais les adversaires nous connaissent et ce n'est pas toujours évident lorsqu'on est pris en individuel. L'avantage, c'est que cela libère de la place pour les autres. De plus, je trouve très intéressant de voir cette année que le danger, en attaque, peut venir de plusieurs de nos gars, même si nous devons encore améliorer nos relations avec les ailiers et le pivot qui ne reçoivent pas beaucoup de ballons.
Samedi, c'est Marsannay... Comment vas-tu aborder cette rencontre, l'avant-dernière avant la trêve ?
Samedi, nous recevons Marsannay. Cela va être l'occasion pour nous de nous relancer après la défaite à Migennes. Personnellement, je ne les connais pas, mais il faut les prendre au sérieux, et dès le début de match leur imposer notre physique et notre rythme. Nous pourrions ainsi remonter un peu au classement dans ce championnat qui parait très ouvert.
Quel sens, donnes-tu au Téléthon ?
Le Téléthon est une manifestation maintenant bien ancrée dans nos têtes. L'essentiel, pour moi, est que sur ces deux jours, on puisse communiquer sur ces maladies. Si en plus, on peut participer de quelque manière que ce soit, c'est encore mieux.

Le 02/12/2008 à 12:04:30


 

Vanessa Follereau, hand'bassadrice

Vanessa est joueuse au club depuis 18 ans, capitaine de l'équipe féminine, membre actif du Conseil d'Administration du club. Titulaire d'un diplôme entraîneur Tronc commun Débutant (ex BF1), management des équipes jeunes le week end "par intérim" ( catégories jeunes et -18 ans filles), entraîneur de l'équipe seniors filles en cas de force majeure.

Je suis ravie que le club m'ait choisi pour remplir ce rôle, et je suis très reconnaissante des personnes qui ont pensé à moi. En effet, le hand-ball est ma passion depuis mon plus jeune âge et j'ai besoin de ce sport afin de trouver un équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie privée.Je suis une personne diplomate et qui aime le relationnel.
Je suis une "fonceuse" de nature, une compétitrice et qui a besoin d'adrénaline au quotidien!!! ma fonction technicienne gestion de production en est la preuve, en quelques mot pour situer je dois combiner les cycles de fabrication des produits (cycles très longs de production) et remettre les délais les plus courts aux clients..pas le temps de s'ennuyer...

Le Mondial en point de mire

Au sein de mon entreprise il y a un challenge organisé (dans le sport ) pour déterminer chaque année l'entreprise la plus sportive et cela dans plusieurs disciplines, avec mes collègues nous avons fait des équipes notamment dans les sports collectifs et cela permet de se voir en dehors du travail, d'ailleurs cette année nous remettons en jeu notre titre en volley ball !!!
Au sein du club et dans le cadre de mon rôle de Hand'bassadrice, durant le carnaval de notre ville , nous avons fait notre char à l'effigie du mondial Féminin et nous allons aussi organiser nos portes ouvertes au sein du club( nous le faisons tous les ans) et nous voulons faire un stand dans la cadre du mondial afin d'étoffer nos catégories féminines notamment chez les jeunes.
De plus, en ce qui concerne les catégories seniors fille, avec les effectifs nivernais et en collaboration avec tous les clubs nivernais, nous souhaiterions former une équipe en excellence Nièvre Yonne, une en régionale et pourquoi pas une en Prénationale, ce projet débutera en Septembre 2007.

Le 06/08/2007 à 19:38:12

Pages :  1 

© HBC La Machine 2006-2012